Aéroport Roland-Désourdy Aéroport Roland-Désourdy Aéroport Roland-Désourdy

Historique

« Cette cérémonie n’est pas une fin en soi, mais le commencement d’un vaste essor industriel, commercial et économique de cette région qui est la nôtre ». C’est de cette façon qu’en juin 1968, lors de la cérémonie de la première pelletée de terre menant à la construction de la piste d’atterrissage, que le maire de Bromont, Germain Désourdy, décrivit sa vision du futur aéroport régional des Cantons de l’Est.

L’idée de doter la région de Shefford et de Brome-Missisquoi d’un aéroport régional avait germé en 1965 alors que les élus de Granby, Bromont, Cowansville, Farnham, Waterloo et St-Césaire s’étaient réunis afin de créer dans la région le premier aéroparc industriel du Québec. Seules Cowansville et Bromont s’associaient initialement pour mettre sur pied le projet mais Granby joignit les rangs quelques années plus tard pour créer la régie aéroportuaire. Le parc industriel de Bromont fut rapidement ciblé pour devenir le site d’accueil du futur aéroport régional.

Le 26 septembre 1968 marque l’ouverture du nouvel aéroport régional alors que fut inaugurée la piste de 4 000 pieds de longueur. Sa croissance fut telle qu’il servit rapidement  de modèle pan-canadien. En effet, la piste fut prolongée à 6 000 pieds dès le début des années 1970. En 1973, l’aéroport se dota d’un radiophare. C’était la première fois au Canada qu’un tel équipement n’était pas opéré par le gouvernemnet fédéral. La même année, un vaste hangar (19 020 pieds carrés) fut contruit pour faire l’entretien et la mécanique d’avions. Au début de 1974, Aviation R. Goulet s’y installa et prospéra si bien que Transports Canada lui remit l’attestation de Aircraft Maintenance Organisation (A.M.O.) en 1990. L’entreprise est toujours en activité près de quarante ans plus tard.

C’est ensuite en 1975 que Bromont fut choisi parmi tous les aéroports en Amérique du Nord pour expérimenter un nouveau système d’aide à l’atterrissage (ILS). Il s’agit de circuits intégrés à double fonctions: il permettent de centrer l’aéronef sur la piste et aussi de donner l’angle de descente.

Depuis 1983, la Régie Aéroportuaire Régionale des Cantons de l’Est est formée de trois partenaires selon une entente initiale renouvelable après vingt ans. À l’époque, les trois villes (Bromont, Cowansville et Granby) ont décidé de développer un aéroport régional au lieu de deux ou trois petits aéroports. Cette excellente planification régionale lui a d’ailleurs valu le respect de Transport Canada et c’est en 1987 que ce ministère a octroyé les 5,4 millions nécessaires à la construction d’une piste de 5000′ par 100′, de stationnements pour avions, d’éclairage de piste, du système visuel d’approche et des équipements d’avitaillement en essences.

En 1991, nous avons également ajouté un système électronique d’aide à la navigation (LOC/DME) d’une valeur approximative d’un demi million de dollars qui permet de faire atterrir les aéronefs dans de mauvaises conditions météorologiques. En 1992, on inaugura un nouvel aérogare de 14 200 pieds carrés.

Entre 1990 et 2000, l’aéroport régional continua de jouer un rôle primordial dans l’économie de la région en accueillant une clientèle de voyageurs d’affaires de renom et de plusieurs dignitaires . Depuis 2005, l’aéroport peut recevoir des aéronefs munis d’un GPS. C’est en 2007 que les Cadets de l’air de l’armée canadienne choisissent les installations de Bromont pour implanter leur école d’entraînement de planeurs.

En 2011, l’aéroport régional s’engage socialement pour la première fois en organisant une journée « Portes ouvertes » assortie d’une exposition d’aéronefs dont les profits sont versés à la recherche contre le cancer.  L’engouement que suscite cet événement pousse l’organisation à renouveler l’expérience en 2012 en orchestrant un spectacle aérien de grande envergure au profit de Leucan Montérégie.

2012 représente  une année charnière pour l’aéroport alors que s’y installe de façon permanente le club de planeurs Aéroclub des Cantons de l’Est en faisant construire son propre hangar. Finalement, le 16 mai 2012, on rend hommage à l’un des visionnaires de la région et l’établissement change de nom pour devenir l’aéroport Roland-Désourdy.

Depuis sa fondation, en 1968, l’aéroport s’appuie sur des bases solides et peut se tourner résolument vers un avenir prometteur tout en respectant la vision de ses fondateurs, c’est-à-dire de demeurer un moteur économique autant que touristique, et ce, au profit des citoyens de notre belle région.

En résumé, la Régie possède aujourd’hui les installations aéroportuaires suivantes :

  • Une piste de 5000′ X 100′ pouvant supporter des appareils de la grosseur d’un Boeing 737
  • Un stationnement pavé pour aéronefs
  • Un hangar de 190′ X 100′
  • Un système d’éclairage de piste
  • Un système d’aide visuelle à l’atterrissage
  • Un système électronique d’approche aux instruments
  • Des essences d’aviation 100LL et JetA
  • Un phare rotatif d’aéroport
  • Un système de communication air-sol (UNICOM)